Novembre 2015

Chères concitoyennes, chers concitoyens,

Dans quelques semaines, nous aurons déjà atteint la moitié de la législature communale.  Il nous a semblé opportun de vous tenir informés, au moyen de ce bulletin, des différentes actions et réflexions menées par ECOUT@.

L’établissement d’un plan communal de développement rural (PCDR) pour les 10 années à venir est enfin décidé ! ECOUT@ le réclamait depuis plusieurs années !

Il vise à identifier et à planifier divers projets en vue de dynamiser notre commune dans des domaines aussi variés que les économies d’énergie, la promotion des circuits courts, la valorisation des ressources naturelles, la gestion de notre patrimoine, l’amélioration des infrastructures sportives et culturelles, les activités intergénérationnelles, la mobilité et l’économie.

L’élaboration de ce plan sera basée sur une large concertation de la population, du monde associatif, sportif et culturel, ainsi que des PME, des indépendants, …

Les projets qui en résulteront devront être approuvés in fine par le Gouvernement Wallon qui octroie de 60 à 80 % de subventions dans ce cadre.

Dans les mois à venir, des soirées d’information ouvertes à tous seront organisées dans les trois villages.  Celles-ci seront animées par des experts de la Fondation Rurale de Wallonie.

Dès à présent nous vous invitons à y participer nombreux.

La commune réfléchit au devenir de bâtiments importants au cœur du village de Châtillon.

Toute la population est concernée : les enfants via l’école, les jeunes via le club des jeunes, les citoyens et le monde associatif via la salle de village, les personnes qui envisagent une nouvelle activité économique via les bureaux tremplin et le logement via la création de nouveaux appartements.

Les décisions à prendre concernant les 30 années à venir, il nous parait essentiel de vous en parler !

L’ancien magasin TURBANG

Le rez-de-chaussée sera affecté à des « locaux tremplins » et permettra ainsi de répondre à de nouveaux besoins économiques.  Il y a unanimité au conseil communal à ce sujet !

Par contre, le groupe MAYEUR souhaite transformer l’étage de ce bâtiment en salle de gymnastique pour l’école, ce qui pose, notamment, des problèmes de sécurité liés à la proximité de la grand-route.  À tel point que l’actuelle majorité envisage la modification de son tracé !

L’école communale

Pour répondre aux normes en vigueur, l’actuelle salle ne peut plus accueillir à la fois les cours d’éducation physique, la cantine scolaire et faire office de salle de village.

Plutôt que de faire se déplacer les enfants le long de la grand-route comme l’envisage le groupe MAYEUR, ECOUT@ propose de réserver à terme l’actuelle salle pour les cours de gymnastique et d’aménager les locaux de l’ancienne maison communale pour y installer la cantine de l’école.

Ainsi, toutes les activités scolaires seraient concentrées dans le périmètre direct de l’école.

LE CERCLE St PIERRE

Celui-ci a été repris par la commune sous la forme d’un bail emphytéotique signé avec le doyenné d’étalle.

La destination prévue par décision du conseil Communal du 30 avril 2013 était ainsi définie :

  • un local pour le club des jeunes qui n’en dispose plus à l’heure actuelle ;
  • une salle de village ;
  • des appartements à l’étage.

Les auteurs de projet ont estimé, sur la base d’un avant-projet déposé en janvier dernier, le coût des travaux à 1 000 000 € TVAC.

ECOUT@ a appris de diverses sources, notamment par les réseaux sociaux, que le projet initial avait été réduit à l’aménagement d’un local pour les jeunes et à la réalisation de trois appartements (estimation du coût : 800 000 €). 

Une confirmation officielle de cette modification a alors été demandée par ECOUT@.  Celle-ci lui a été apportée au conseil de ce 29 octobre.  Le débat démocratique a donc été réduit à une décision unilatérale et à une simple communication. Exit, donc, la salle de village !

ECOUT@ reste favorable à la réalisation des objectifs fixés au départ par le conseil communal tout en demeurant ouvert à la révision de ce projet dans le cadre du PCDR.

Ceci constitue un des objectifs que s’est fixé le conseil Communal pour la présente législature et ECOUT@ y souscrit pleinement.

La région wallonne veut faire de 2016 « une année cyclable » ; des moyens financiers vont être mobilisés pour compléter le réseau existant qui est structuré en 9 itinéraires régionaux de longue distance, avec liaisons transfrontalières avec la France, le Grand-Duché de Luxembourg et l’Allemagne.

Saint-Léger est au centre de l’itinéraire N° 9 : Montmédy – Virton – Saint-Léger – Arlon – Martelange – Bastogne – Gouvy – Saint-Vith.

Cet itinéraire constituera l’épine dorsale d’un maillage de boucles promotionnant le vélo sous tous ses aspects : loisir, santé, école, tourisme, économie et emploi.

En conseil communal le 15 juillet dernier, la commune a pris l’initiative de réunir, sous l’égide de la province, tous les acteurs de développement de ce projet : les communes concernées, la province, la fédération touristique du Luxembourg belge (FTLB), Idelux, le service public de Wallonie, l’asbl « Chemins du  Rail ». Cette réunion s’est tenue à Arlon le 24 septembre.

À court terme, les actions vont se focaliser sur le repérage du tracé des tronçons manquants et sur le dépôt par IDELUX d’un projet dans le cadre du futur appel INTERREG GRANDE REGION afin de mobiliser un maximum de subsides européens et régionaux.

À Saint-Léger, nous souhaitons compléter le tronçon Ravel Saint-Léger – Châtillon (5 Km) en collaboration :

  • avec la Commune de Virton afin de réaliser un tronçon reliant Saint-Léger au Ravel Ethe – Croix-Rouge, via un chemin forestier ;
  • avec la Commune d’Arlon, pour celui reliant la sortie de Châtillon à Arlon en suivant l’ancienne voie vicinale 615 entre la RN82 et le domaine militaire.

Un groupe de travail rassemblant des conseillers des deux groupes s’est constitué au sein du conseil communal ; c’est un très bel exemple de collaboration !

Alors que des aires multisports voient le jour dans des villages proches de notre commune, nous sommes comme Sœur Anne : ici, nous ne voyons rien venir…  Mais qu’en est–il des choix politiques de la majorité pour nos enfants et nos jeunes ?

Lors de discussions au conseil communal, il nous a été rapporté que des plaines de jeux étaient envisagées pour les 3 villages de la commune.

Projet attendu depuis tant d’années, combien d’enfants n’auront pas pu profiter d’une plaine de jeux dans notre commune ?

Si, à Saint–Léger et à Meix-le-Tige, les nouvelles plaines prendront la place des anciennes (aux Potelles à Saint–Léger et près de l’école à Meix-le-Tige), celle de Châtillon est amenée à être déplacée sur un trop petit terrain dans le quartier des Hayettes.

ECOUT@ n’est pas favorable à cette façon d’envisager l’aménagement des aires de loisirs pour notre jeunesse.

Si nous nous réjouissons que les besoins des jeunes enfants soient rencontrés, nous regrettons que nos adolescents soient oubliés !

Nous souhaitons une plaine de jeux couplée à une aire multisports dans les 3 villages de la commune.  

À plusieurs reprises, lors de conseils communaux ECOUT@ a interpelé la majorité quant à l’opportunité de présenter des projets d’aires multisports en vue d’une subsidiation par Infrasport (75% du montant total !). Cela n’a pas retenu l’attention de la majorité…

Si notre groupe est ambitieux pour les jeunes, il n’en est pas moins responsable : ces équipements doivent être réalisés en plusieurs phases. Commençons par équiper les villages de Châtillon et de Meix–le–Tige dans lesquels il n’y a plus de plaines de jeux dignes de ce nom depuis de nombreuses années !

À Meix–le–Tige, la plaine de jeux et l’aire multisports auraient leur place et leur raison d’être près de l’école.

À Châtillon, nous disons oui à la plaine de jeux, mais non à l’emplacement proposé ! Celui–ci ne permet aucune possibilité d’agrandissement…

ECOUT@ souhaite voir la plaine de jeux de Châtillon près du terrain de football de façon à rendre possible la construction d’une aire multisports pour nos ados !

Enfin, à Saint–Léger, l’aire multisports pourrait être aménagée à Choupa, à l’endroit de l’actuel terrain de basket.

Ces endroits constitueront pour nos villages des lieux d’activités extérieures saines pour nos enfants et nos adolescents.  Ils permettront également des rencontres conviviales et intergénérationnelles.

Il existe 3 principales sources de financement :

  1. Les réserves : Saint-Léger dispose de confortables réserves d’investissement (environ 3 250 000 € au 31/12/2014).
  2. Les subsides : le lancement du PCDR ouvre de nouvelles perspectives et une ligne de subsides non encore exploitée à l’heure actuelle. Par ailleurs, il convient de profiter des différents appels à projets lancés par les pouvoirs subsidiants.
  3. L’emprunt : il peut être intéressant de profiter des taux d’intérêts très bas qu’on obtient actuellement sur les marchés financiers. Certains projets ont une durée d’amortissement de 20 ou 30 ans. Dans de pareils cas, ce n’est pas de la mauvaise gestion que de financer ces projets par emprunt, de manière à ne pas faire peser tout le poids de l’investissement sur les réserves et sur une seule génération.

Vous l’aurez compris, une combinaison optimale de ces 3 sources de financement permet de maintenir le nécessaire équilibre de nos finances.

ECOUT@ est conscient de la bonne santé financière de notre commune … et de ses limites ! En effet, l’utilisation de réserves limitées est aussi une question de choix politiques.

Choisissons-nous de créer des logements dans les bâtiments à rénover (ancienne gendarmerie, cercle Saint-Pierre, presbytère de Châtillon) ou de porter des projets qui permettent de développer l’activité sociale, culturelle, économique et sportive dans nos villages ?

Nous penchons pour la seconde option…

Une prime communale à la construction, l’acquisition ou la rénovation d’un immeuble existe bien, mais il était temps de l’adapter à l’évolution des coûts de la construction.

Restée fixée au montant de base de 250 € depuis plus de 25 ans, ECOUT@ a demandé sa révision actualisée, la portant à 600 €.

Notre initiative n’a été suivie que partiellement puisque la majorité a décidé au conseil communal du 17 décembre 2014 (à vérifier) de fixer le montant de la prime à 450 €.

Visit Us On Facebook