Voici les initiatives extraites de notre bulletin d’information N°5 (les bulletins 1 et  2 seront disponibles très prochainement)

Cette démarche proposée avec insistance par notre groupe depuis plusieurs années a finalement été lancée par le conseil en 2015.

Nous nous réjouissons de l’importante participation citoyenne que cette réflexion a suscitée et des projets concrets qui en résultent dans des domaines très diversifiés tels que : «  le vivre ensemble », le développement économique durable, le retour à une alimentation plus ciblée sur des produits de terroir, la poursuite d’objectifs de transition de l’énergie fossile vers des énergies renouvelables, le développement d’un réseau de mobilité douce et des transports partagés ainsi qu’un développement touristique en phase avec notre environnement paysager et patrimonial.

La création d’une maison médicale sur le territoire de la commune a également été abordée.

Le premier projet « phare » sera la maison multiservice de la cour du château à Saint-Léger.

Les terrains à bâtir disponibles pour les jeunes ménages se font de plus en plus rares sur la commune.

D’autre part, l’accès à la propriété est de plus en plus difficile compte tenu de la pression foncière dans notre région proche du Grand-Duché de Luxembourg.

Que faire face à cette situation ?

Pour le court terme

Notre groupe est intervenu en Conseil Communal le 28 mars dernier afin que la commune négocie le rachat des terrains de la Société wallonne du logement à la cité Lackman à Saint-Léger. Elle les lotirait et réaliserait les infrastructures nécessaires. Cette opération permettrait la mise en vente d’environ 30 parcelles !

Pour le long terme

Nous avons proposé au conseil de doter notre commune d’un schéma de développement couvrant l’ensemble de son territoire comme le suggère le nouveau code wallon (CoDT). Ce schéma de vision à long terme est indispensable si on veut une évolution harmonieuse de l’habitat dans notre commune.

  • L’implantation de nouveaux quartiers, en particulier de quartiers combinant habitat et services prenant en compte la dimension intergénérationnelle
  • Le développement d’éco-quartiers
  • La lutte contre l’étalement urbain et l’utilisation rationnelle du territoire et des ressources

Notre groupe a proposé d’entamer sans tarder l’élaboration de ce schéma mais le groupe Mayeur a estimé qu’il était urgent d’attendre 

Sur Saint-Léger

– Extension de la zone 30 aux abords de l’école communale à l’ensemble du quartier du Marache depuis la rue Godefroid KURTH et le giratoire de la place de Choupa et marquage au sol d’emplacements de parking
– Dans le nouveau lotissement communal, rue des Neufs Prés, placement de chicanes en quin-conce dans la zone longeant les habitations de la Maison Virtonaise et marquage d’un passage protégé pour les piétons issus de ce quartier vers la rue Lackman
– Marquage de passages protégés : rue du Château, à hauteur de l’église et rue d’Arlon en face de l’ancienne gendarmerie
– Extension du trottoir à la rue de Virton entre l’immeuble Rosman et le centre équestre du « moulin de la paix ». Malheureusement, refus du groupe Mayeur !

Sur Châtillon

– Suite à notre initiative, le conseil communal a décidé d’aménager un arrêt de bus du TEC à la rue d’Ahérée et d’y placer un abribus.

– Marquage au sol de passages pour piétons au giratoire de Châtillon à l’image de la signalisation mise en place au giratoire de Vance et implantation de panneaux de signalisation clignotants pour protéger les piétons et les cyclistes.
Toujours au giratoire de Châtillon, le conseil communal du 27 janvier 2016, sur proposition de notre groupe, a accepté à l’unanimité le principe du placement d’une œuvre d’art au centre. Malheureusement, depuis deux ans, ce projet n’a plus avancé !
Nous regrettons que le groupe Mayeur n’ait pas suivi nos propositions en intervenant énergi-quement auprès du SPW et de la Province.

Sur Meix-le-Tige

– Implantation d’un radar fixe à la rue du Tram
Trop d’usagers motorisés ne respectent pas les limitations de vitesse dans nos villages.
Notre groupe souhaite qu’un radar répressif « mobile » puisse être placé sur des supports installé aux endroits particulièrement dangereux, en concertation avec la zone de police.

La rue « Pré des Seigneurs » à Meix-le-Tige

Ce projet subsidié en partie par la Région Wallonne (446 282 € avec un subside de 114 200 €) est de qualité.  Il prévoit l’installation d’un ralentisseur et, surtout, un trottoir en pavés de 1.5 m de large sur toute la longueur du côté droit de la chaussée.

Les rues du Stade et Champs Vignette à Saint-Léger

Ce projet (667 121 €) n’a pas bénéficié de subside.

Pour la voirie proprement dite, le projet est comparable à celui de Meix-le-Tige.

Il n’en est malheureusement pas de même pour les trottoirs !  Ce qui est prévu, ce sont des accotements stabilisés en fine grenaille d’une largeur de seulement 70 cm !

Ceci ne manquera pas de poser de nombreux problèmes liés à la sécurité, au déplacement des personnes à mobilité réduite et au confort des riverains.

Nous avons malheureusement marqué notre accord lors du vote, mais c’était sur la base d’informations incomplètes et erronées.

Il n’est pas trop tard pour modifier ce projet !

Par ailleurs, nous pensons que chaque citoyen de notre commune doit pouvoir bénéficier d’infrastructures comparables, qu’elles soient subsidiées ou non !

La Région Wallonne impose aux communes de répercuter le « coût vérité » sur les 1.446 ménages de la commune. Les ménages sont répartis en 5 catégories en fonction de leur taille et leur contribution est calculée en utilisant une formule qui n’a jamais posé de problème jusqu’ici.
Mais cette année, son application pose problème car elle se traduit par
– 10% d’augmentation pour les 418 ménages d’une personne dont la contribution passe de 150.76 € à 166.89 €/an,
– 2.66 % d’augmentation pour les 425 ménages de deux personnes dont la contribution passe de 200.85 à 206.22 €/an,
alors que le coût global n’augmente que de 0.38 % !
Notre groupe a refusé cette tarification car elle ne nous paraît ni socialement acceptable, ni de nature à garantir l’équité fiscale.
Nous avons demandé au collège de revoir la contribution annuelle des différentes catégories de mé-nages en concertation avec l’AIVE. Le groupe Mayeur a refusé !
Propreté publique
Une fois de plus, de nombreux bénévoles ont participé à cette journée « commune propre »
D’une année à l’autre, on constate une légère amélioration due à la politique de sensibilisation et d’éducation des enfants notamment, mais il faut vraiment que l’on réfléchisse à un moyen d’identifier les pollueurs.

Renouvellement de la chaufferie de la maison communale

Lors du Conseil communal du 25 octobre dernier, le cahier spécial des charges pour renouvellement de la chaufferie de la maison communale a été soumis à notre approbation.

Nous ne l’avons pas approuvé pour les raisons suivantes :

• Il fixe le prix comme seul critère d’attribution ;
• Il ne fait nullement référence aux objectifs de transition énergétique passant des combustibles fossiles aux énergies renouvelables tels que décidés par le conseil en adhérant à la convention des maires ;
• Il ne fait pas non plus référence à l’étude faisabilité réalisée par la Fondation rurale de Wallonie d’un mini-réseau de chauffage intégrant 4 bâtiments Communaux.

Ayant été interpelés par des concitoyens lors des inondations de juillet 2016 et juin 2017, notre groupe a souhaité porter cette question au conseil communal le 6 septembre 2017.

La maîtrise des risques d’inondation passe par la veille permanente du réseau d’égouttage et d’évacuation des eaux de pluie ainsi que par le dégagement du lit du Ton.

Nos propositions, compatibles avec les recettes annuelles de la taxe des ménages sur les égouts, ont été les suivantes :

– recourir une fois l’an à une société spécialisée pour le curage des avaloirs, en complément au travail effectué par les ouvriers communaux,
– négocier avec le service public de Wallonie un second curage annuel sous pression pour l’égout en bordure de la RN82,
– Intervenir auprès de la province afin qu’elle procède à certains endroits au curage du lit du Ton et au dégagement des berges.

Des actions concrètes ont été entreprises

– Suite à des contrôles du réseau effectués par l’AIVE à différents endroits (rue d’Arlon à Saint-Léger et Grand-rue et rue Devant la Croix à Châtillon), des travaux de réhabilitation vont être effectués pour un montant de 56 000 €.
– La commune a adhéré à la proposition de l’AIVE de regrouper l’ensemble des communes de la province dans un nouveau marché d’entretien pluriannuel.

Visit Us On Facebook